BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

27 décembre 2012

RELATION MÉDECIN-MALADE


La rencontre entre un médecin et un malade ou plus  généralement entre le médecin et celui ou celle qui vient le consulter est parfois pleinement satisfaisante, parfois pas.

 Il arrive que des médecins pervers ou fous imposent à leurs consultants des situations totalement intolérables. Ces   situations heureusement exceptionnelles ne peuvent avoir  lieu et perdurer que si la relation a lieu sans aucun regard extérieur. Faut-il pour éviter ces dérapages exceptionnels envisager une situation de totale transparence ? Toute  relation entre un médecin et un malade doit-elle être vue,  entendue, écoutée par tous ?


15 décembre 2012

INCUBATION & CONTAGION


Le  vocabulaire concernant les maladies infectieuses est souvent très flou et  approximatif. On retrouve par exemple sur Wikipédia ces deux définitions:  "La période d’incubation est le délai entre le contage et la première manifestation de la maladie. Le malade peut être contagieux durant ce temps. La période de contagion est le temps pendant lequel le patient excrète le germe et peut le transmettre. Elle dépend de chaque maladie infectieuse." Ces définitions ne sont pas fausses.  Et pourtant, je voudrais essayer de montrer que les notions d’incubation et de contagiosité sont souvent très approximatives.





7 décembre 2012

ERREURS & IMPERFECTIONS EN MÉDECINE





L’histoire de la médecine et de la pratique médicale comporte des erreurs et des imperfections. Idéalement, il faudrait que tous les étudiants en médecine le sachent, le comprennent et y réfléchissent. Il me semble, et j’essaierai de le montrer, que cette connaissance est très limitée. Beaucoup d’erreurs et d’imperfections sont peu ou mal connues.Tout se passe comme si l’institution médicale n’osait pas, ne savait pas, ne pouvait pas aborder cette question de façon sereine et approfondie. Pourquoi ?


2 décembre 2012

VACCINS A CONSERVER & ADJUVER

Il y a des adjuvants et des conservateurs dans presque tous les vaccins. Tout le monde le sait depuis longtemps. 
Le corps  médical, dans son immense  majorité, considère (ou plutôt considérait car la naïveté et la complaisance perdent un peu de  terrain) que ceux qui prennent des  décisions et plus généralement ceux qui ont le pouvoir sont des gens sérieux qui prennent de sages décisions. 
Le corps médical ne s’interroge donc que peu ou pas sur les adjuvants et conservateurs (1).