BIENVENUE SUR PEDIABLOG


Les articles, réflexions et informations de ce blog ont pour but de faire passer des messages, donner des avis, faire part d'expériences professionnelles, proposer des échanges, des réflexions et initier des discussions à propos de la santé physique et psychique de l'enfant. Ce blog se veut aussi lanceur d'alertes à propos d'éventuels dysfonctionnements de notre système de santé, il sera alors parfois dérangeant, bousculant le médicalement correct et les discours officiels bien huilés et aseptisés. Tous les intervenants le font bénévolement et n'ont aucun conflit d’intérêt avec l'industrie pharmaceutique ou agro-alimentaire. Les textes publiés sur ce blog sont la propriété intellectuelle de leurs auteur(e)s. Leur publication ne saurait donc en aucun cas se faire sans leur autorisation. Le petit cadre situé à droite sous le terme "Rechercher sur PEDIABLOG" vous permet d'inscrire un thème que vous recherchez éventuellement sur le site. En complément, le cadre vertical "TAGS", situé à gauche, contient aussi les principaux mots-clés qui permettent d'avoir accès à tous les articles qui se rapportent à ce sujet. On peut accéder aux articles plus anciens, classés par ordre chronologique, en faisant défiler le contenu du cadre situé juste en dessous "EN REMONTANT LE TEMPS".

Nous vous souhaitons une bonne lecture et tous les auteur(e)s seront heureux de lire vos commentaires et critiques pour une discussion qui ne pourra être qu'enrichissante. Si vous n'y arrivez pas, envoyez votre commentaire à l'adresse suivante: dominique.le.houezec@freesbee.fr. Un "web's doctor" vous publiera. Les remarques déplacées, agressives, injurieuses, racistes seront censurées de même que les commentaires à caractère politique ou religieux.

28 février 2013

LA SALLE DE JEUX DU PÉDIATRE


Le cabinet de consultation du pédiatre est-il une salle de jeux et/ou un lieu de jeu dans le soin ? A quoi servent tous ces jouets qui jonchent le sol du cabinet dans un désordre permanent mais organisé. Que représentent tous ces jouets pour le soignant et le soigné ? Le vrai Pédiatre n'est-il pas finalement celui qui sait utiliser le jeu dans son rapport à l'enfant ?



26 février 2013

LES COSMÉTIQUES, C’EST PAS AUTOMATIQUE



Maintenir un bébé bien propre, en voilà un souci !  Cette nécessité rituelle de l’hygiène corporelle du nourrisson serait presque devenue un acte paramédical complexe qui nécessiterait une formation spécifique et l’utilisation de multiples produits sophistiqués.




23 février 2013

VACCIN ROTAVIRUS, LE POIDS DU LOBBYING


Les gastro-entérites virales représentent une pathologie infectieuse très fréquente et obligatoire chez tous les jeunes enfants. Elles surviennent par épidémies hivernales surtout, favorisées par la vie en collectivité (crèches, halte-garderies, services hospitaliers) et sont principalement liées à des virus appartenant à la famille des rotavirus. 
Deux vaccins vivants contre le rotavirus, administrés par voie orale, sont commercialisés (Rotarix de GSK en 2006 et Rotateq de Merck en 2007). Ils ne sont actuellement pas conseillés par les autorités sanitaires en France, ni donc remboursés. Malgré tout, de fortes pressions, de plus en plus insistantes, émanant des portes-paroles pédiatriques des laboratoires producteurs se multiplient pour que cette vaccination soit recommandée chez tous les jeunes nourrissons et enfin prise en charge par la collectivité.


15 février 2013

LE PESSIMISTE HEUREUX


Les antibiotiques sont trop et mal prescrits. La situation est meilleure dans certains pays que dans d’autres, mais elle n’est pleinement satisfaisante nulle part. 
Quelles sont les raisons de ces imperfections? 
Je voudrais essayer de les  évoquer très brièvement et superficiellement pour m’attarder davantage sur un facteur qui me semble essentiel et que Davide Egorentino a proposé d’appeler "le syndrome du pessimiste heureux".



14 février 2013

ANTIBIOTIQUES ET RÉSISTANCES


La résistance des bactéries aux antibiotiques est un phénomène préoccupant.
David Isaacs et David Andresen (1) affirment à juste titre qu’il est temps de lutter sérieusement contre les résistances, non pas par une guerre contre les résistances qui a, selon eux, autant de chances de réussir que la guerre contre le terrorisme, mais en désescaladant et en nous assurant que nos hôpitaux ne soient pas des amplificateurs de résistance.



9 février 2013

US ET COUTUMES DE L'ALLAITEMENT


L'allaitement maternel a toujours été l'objet de coutumes, traditions et diverses croyances qui peuvent faire rêver, soupirer ou sourire. Elles démontrent à quel point un allaitement réussi a toujours revêtu une grande importance au fil des siècles.   Actuellement,  quelques-unes de ces croyances sont encore vivaces. Mais l’allaitement maternel continue malgré tout de progresser en France depuis quelques dizaines d'années, et ce grâce avant tout aux associations chargées de promouvoir ce mode d'alimentation datant de la nuit des temps


L'ASPARTAM EST AU PLUS MAL



L’aspartame est un édulcorant artificiel découvert par hasard, en 1965, par J. Schlatter, chimiste de la société Searle. Cette molécule est l’association de deux acides aminés naturels, l'acide L-aspartique et la L-phénylalanine (sous forme d'ester méthylique, c'est-à-dire dérivant du méthanol). Après ingestion, l'aspartame s'hydrolyse en acide aspartique, phénylalanine et méthanol. Une dégradation plus poussée produit du formaldéhyde, de l'acide formique et une dioxopipérazine. L'aspartame a un pouvoir sucrant environ 200 fois supérieur à celui du saccharose. Il est donc utilisé pour édulcorer les boissons et aliments à faible apport calorique ainsi que des médicaments. Cet additif alimentaire est aussi utilisé comme substitut du sucre sous forme de sucrettes ou de poudre blanche (en boîte ou sachet) contenant environ 3 % d’aspartame. Il est référencé dans l'Union européenne sous le code E951.



2 février 2013

DUR DUR LE DODO A LA CRECHE


Un sommeil suffisant est l'une des particularités indispensable au bon développement psycho-affectif du jeune enfant. Le nourrisson dort en effet spontanément entre 18 et 20 h par jour, 13 et 14 h lorsqu'il a un an et le jeune enfant encore 11 à 12 h vers l'âge de 4 ans. La reprise du travail précoce des parents oblige souvent à perturber ces rythmes physiologiques. Avec quels risques et quelles conséquences?